Futurs

PARENTS

Au travail, à la maison

Prévenez les expositions dangereuses

Les ques­tions liées à la san­té envi­ron­ne­men­tale peuvent très vite alar­mer et inquié­ter plus que de rai­sons. Si adop­ter un com­por­te­ment vigi­lant est recom­man­dé, atten­tion cepen­dant à ne pas déve­lop­per des craintes infon­dées. S’informer auprès de sources scien­ti­fi­que­ment fiables est la pre­mière étape pour tendre vers un envi­ron­ne­ment per­son­nel et pro­fes­sion­nel plus favo­rable pour la santé.

Vous dési­rez un enfant ? Vous êtes enceinte ? Le centre REPROTOXIF vous pro­pose de répondre à un ques­tion­naire pour repé­rer les expo­si­tions envi­ron­ne­men­tales qui pour­raient être dan­ge­reuses pour la fer­ti­li­té et durant la grossesse.

Au travail

Les risques durant la grossesse

Certaines expo­si­tions pro­fes­sion­nelles génèrent un risque spé­ci­fique pour la femme enceinte. Il est impor­tant de repé­rer ces expo­si­tions, les éva­luer et les pré­ve­nir. Dans cette démarche de pré­ven­tion, le méde­cin du tra­vail est une per­sonne res­source vers laquelle se tourner.

Dr Hervé Laborde-Castérot

Médecin du tra­vail toxi­co­logue, Centre REPROTOXIF

Si, à la lec­ture des infor­ma­tions sui­vantes, vous pen­sez être expo­sée à un risque pour votre gros­sesse, par­lez-en à votre méde­cin du travail.

Risque chimique

D’un point de vue régle­men­taire, cer­taines sub­stances chi­miques sont recon­nues comme étant toxiques pour la repro­duc­tion. Il est donc impor­tant de repé­rer les pro­duits chi­miques qui les contiennent. En savoir plus.

Risques physiques

Les risques phy­siques englobent les contraintes liées aux gestes et pos­tures (comme la sta­tion debout pro­lon­gée ou la manu­ten­tion de charges lourdes), aux tem­pé­ra­tures éle­vées, aux vibra­tions et  au bruit. En savoir plus.

Risques organisationnels et psychosociaux

Les risques orga­ni­sa­tion­nels et psy­cho­so­ciaux regroupent les risques liés aux horaires de tra­vail (incluant le tra­vail de nuit), ain­si que le stress et les vio­lences au tra­vail. En savoir plus.

Risque biologique infectieux

Bactéries, cham­pi­gnons, virus et para­sites : les agents bio­lo­giques sont des êtres vivants micro­sco­piques indé­tec­tables à l’œil nu. Présents par­tout, cer­tains sont spé­ci­fi­que­ment dan­ge­reux pour la femme enceinte. En savoir plus.

Risque lié aux rayonnements ionisants

Les rayon­ne­ments ioni­sants (comme les rayons X) sont dan­ge­reux car ils peuvent péné­trer dans les tis­sus vivants et endom­ma­ger les cel­lules. L’exposition d’une femme enceinte peut per­tur­ber le déve­lop­pe­ment embryo-fœtal. En savoir plus.

Un appui précieux

Le médecin du travail

Le méde­cin du tra­vail joue un rôle majeur dans la pro­tec­tion de la san­té des tra­vailleurs. Il sur­veille l’é­tat de san­té des tra­vailleurs en fonc­tion de leur âge, des risques concer­nant leur sécu­ri­té, leur san­té et la péni­bi­li­té au tra­vail. Il conduit des actions de san­té au tra­vail pour pré­ser­ver la san­té des tra­vailleurs tout au long de leur par­cours professionnel.

Un conseil à retenir ? Informez dès que possible votre médecin du travail

Avertir le méde­cin du tra­vail de son état de gros­sesse, et ce le plus tôt pos­sible, per­met d’assurer un envi­ron­ne­ment plus sain pour sa gros­sesse. Il s’assurera que le poste de tra­vail est com­pa­tible avec la gros­sesse et déli­vre­ra des conseils de pré­ven­tion adap­tés. Si besoin, il  pres­cri­ra un amé­na­ge­ment ou un chan­ge­ment de poste, que l’employeur devra mettre en place.

Le méde­cin du tra­vail est un acteur-clé de la pré­ven­tion des risques pour la repro­duc­tion : femme enceinte, femme ou homme ayant un pro­jet de gros­sesse, n’hésitez pas à prendre contact avec lui.

Saviez-vous que le médecin du travail est tenu au secret médical ?

Par consé­quent, le méde­cin du tra­vail ne peut pas dévoi­ler la gros­sesse à l’employeur. Les femmes enceintes gardent leur droit d’informer leur employeur de leur état de grossesse.

RESSOURCE UTILE

L’Institut natio­nal de recherche et de sécu­ri­té pour la pré­ven­tion des acci­dents du tra­vail et des mala­dies pro­fes­sion­nelles (INRS) répond à plu­sieurs ques­tions sur la régle­men­ta­tion appli­cable pour pro­té­ger les femmes enceintes au travail.

Vous n’avez pas de médecin du travail ? Vous êtes travailleur indépendant ?

 => Contactez le centre REPROTOXIF

Bon à savoir : Jusqu’à pré­sent, les tra­vailleurs indé­pen­dants ne pou­vaient pas béné­fi­cier de conseils de pré­ven­tion et d’un sui­vi médi­cal indi­vi­duel en san­té-tra­vail. Un décret publié en 2022 pré­voit l’obligation, pour chaque ser­vice de pré­ven­tion et de san­té au tra­vail inter­en­tre­prises, de pro­po­ser une offre de ser­vice aux tra­vailleurs indépendants.

FEMME, HOMME

Tous concernés

Protéger sa san­té repro­duc­tive concerne aus­si bien les futures mamans que les futurs papas. En effet, les hommes peuvent être éga­le­ment expo­sés à des situa­tions sus­cep­tibles d’altérer la fonc­tion de repro­duc­tion : expo­si­tion à des pro­duits chi­miques, des rayon­ne­ments ioni­sants ou encore des tem­pé­ra­tures éle­vées. Des études scien­ti­fiques démontrent que ces expo­si­tions peuvent pro­vo­quer une baisse de la quan­ti­té ou de la mobi­li­té des sper­ma­to­zoïdes, allon­geant le délai à concevoir.

Au niveau pro­fes­sion­nel, le risque repro­toxique est insuf­fi­sam­ment pris en compte chez les hommes. Peu de mesures pré­ven­tives sont pro­po­sées aux tra­vailleurs expo­sés à ce risque et ayant un désir d’enfant. N’hésitez pas à en par­ler à votre méde­cin du travail.

Prendre conscience des expo­si­tions à risque et mettre en place des mesures cor­rec­tives pour limi­ter leurs impacts sur sa san­té peut per­mettre d’augmenter ses chances de conce­voir un enfant.

À la maison

Comment garantir un environnement sain ?

Comment assai­nir sa mai­son ? Quels pro­duits ména­gers uti­li­ser ? Quels conseils appli­quer lorsque l’on rénove une pièce de la mai­son ? Le centre REPROTOXIF a lis­té plu­sieurs res­sources inté­res­santes et scien­ti­fi­que­ment vali­dées pour gui­der les (futurs) parents.

Comprendre l’importance des 1000 premiers jours de l’enfant 

▶Les études scien­ti­fiques ont démon­tré que l’environnement de vie de la gros­sesse à deux ans condi­tionne l’état de san­té à l’âge adulte. C’est durant cette période de 1000 jours que le cer­veau de l’enfant se déve­loppe le plus rapi­de­ment. De ce fait, ses décou­vertes, son envi­ron­ne­ment chi­mique, phy­sique, nutri­tion­nel, affec­tif, ain­si que ses réa­li­sa­tions et adap­ta­tions à son milieu de vie sont des déter­mi­nants de sa san­té future.

Le site inter­net des « 1000 pre­miers jours » est une mine d’informations et de conseils pour mieux vivre la paren­ta­li­té et assu­rer un envi­ron­ne­ment pro­tec­teur, sain et sûr pour bébé.

Éviter le tabac

▶Qu’on soit fumeur actif ou pas­sif, femme ou homme, enfant ou adulte, la fumée de ciga­rettes a des réper­cus­sions sur la santé.

Chez l’homme, il est res­pon­sable, entre autres, d’une dimi­nu­tion de la pro­duc­tion de sper­ma­to­zoïdes et d’une alté­ra­tion de leur mobilité .

Chez la femme, la quan­ti­té de ciga­rettes fumées est res­pon­sable d’une dimi­nu­tion pro­por­tion­nelle de la fer­ti­li­té. Cependant, cette dimi­nu­tion est réver­sible en quelques semaines lors de l’arrêt du tabac. Fumer aug­mente le risque de gros­sesse extra-uté­rine (déve­lop­pe­ment du fœtus en dehors de l’utérus). Découvrez les solu­tions pour une gros­sesse sans tabac.

Le fœtus est lui aus­si expo­sé au tabac. En effet, les prin­ci­paux consti­tuants de la fumée de tabac tra­versent le pla­cen­ta et sont trans­mis au fœtus, aug­men­tant ain­si les risques de fausses couches, pré­ma­tu­ri­té, retard de croissance…

Vous sou­hai­tez arrê­ter de fumer ? Appelez le 39 89 pour être sui­vi gra­tui­te­ment par un taba­co­logue. Posez libre­ment vos ques­tions sur le site tabac-info-ser­vice.

Faire attention au monoxyde de carbone

▶Le monoxyde de car­bone est un gaz inco­lore, inodore et toxique : il est donc imper­cep­tible. Il est pro­duit par une mau­vaise com­bus­tion des appa­reils de chauf­fage. La femme enceinte est par­ti­cu­liè­re­ment sen­sible aux effets toxiques du monoxyde de carbone.

D’où peut pro­ve­nir le monoxyde de car­bone ? Quels sont les symp­tômes d’une intoxi­ca­tion ? Que faire en cas d’intoxication ? Informez-vous sur les dan­gers du monoxyde de car­bone.

Lorsque la femme enceinte est expo­sée au monoxyde de car­bone, le gaz est trans­mis au fœtus par le pla­cen­ta. Si aucun trai­te­ment n’est don­né, des mal­for­ma­tions osseuses, atteintes céré­brales et décès peuvent sur­ve­nir chez le fœtus. Le seul trai­te­ment effi­cace consiste à l’administration d’oxygène chez la mère.

Choisir les bons produits ménagers

▶Réalisée par l’Agence de l’en­vi­ron­ne­ment et de la maî­trise de l’éner­gie (ADEME), cette info­gra­phie éclaire sur les toxiques qui se cachent der­rière les pro­duits uti­li­sés pour net­toyer et dés­in­fec­ter notre inté­rieur. Comment choi­sir les bons pro­duits de net­toyage ? Comment lut­ter contre les virus à la mai­son ? Comment bien uti­li­ser l’eau de javel ? Retrouvez plu­sieurs conseils concrets à appli­quer chez vous.